Oscars 2016 : Leonardo DiCaprio, Mad Max et Spotlight grands gagnants

Publié par Laurianne de Casanove le 29 février 2016
Leonardo DiCaprio, lauréat pour The Revenant - Oscars 2016

Leonardo DiCaprio, lauréat pour The Revenant – Oscars 2016 / Photo Chris Pizzello/Invision/AP

La cérémonie des Oscars s’est déroulée ce dimanche 28 février soir au Dolby Theatre de Los Angeles : Retour sur une soirée qui a enfin consacré les talents de Leonardo DiCaprio et d’Ennio Morricone, mais aussi récompensé la furie Mad Max et la dénonce de Spotlight et de Room avec Brie Larson.

 

 

 

Emmanuel Lubezki, Leonardo DiCaprio et Alejandro Gonzales Inarritu primés pour The Revenant - Oscars 2016 / Photo AFP

Emmanuel Lubezki, Leonardo DiCaprio et Alejandro Gonzales Inarritu primés pour The Revenant – Oscars 2016 / Photo AFP

« ENFIN ! » S’il fallait un mot pour résumer cette 88ème cérémonie des Oscars ce serait celui-ci. Leonardo DiCaprio sacré meilleur acteur, on n’y croyait plus, on le disait maudit, et pourtant ça y est. Après cinq nominations au cours de ses 22 ans de carrière, son rôle du trappeur Hugh Glass dans THE REVENANT (notre critique) lui a permis de gagner la statuette, après le Golden Globes, le SAG et le BAFTA.

 

Un prix d’autant plus remarqué que la star a profité de l’occasion pour faire un discours résolument politique. Sous le regard visiblement ému de Kate Winslet – sa partenaire dans Titanic et les Noces Rebelles -, il a évoqué le problème du réchauffement climatique. Une cause pour laquelle il a appelé chaque individu à se mobiliser avant de conclure, modeste, « ne prenons pas cette planète pour acquise. Je ne prends pas cette soirée pour acquise ». Un réquisitoire qui aurait presque lui aussi mérité une récompense.

 

The Revenant aura également valu à Alejandro Gonzales Inarritu le trophée du meilleur réalisateur. Après BIRDMAN (notre critique) l’année dernière, cette deuxième récompense le fait rentrer dans le cercle très privé des cinéastes couronnés aux Oscars deux années de suite, avec Joseph L. Mankiewicz (1949 et 1950), John Ford (1940 et 1941) et Lewis Milestone (1928-1929). Emmanuel Lubezki est primé, quant à lui, pour la superbe photographie, après GRAVITY (notre critique) et Birdman.

 

 

 

Spotlight, meilleur film - Oscars 2016

Spotlight, meilleur film – Oscars 2016

La soirée a aussi été marquée par la victoire surprise de SPOTLIGHT (notre critique) en raflant le prix suprême. Le choix de ce drame politique, tiré d’une histoire vraie, est bien sûr loin d’être anodin. Le récit de Tom McCarthy dénonce la façon dont l’église catholique a tenté de cacher les actes pédophiles de dizaines de ses prêtres. Comme l’a rappelé le réalisateur, cette œuvre « a donné une voix aux survivants, et cet Oscar amplifie cette voix qui nous l’espérons deviendra un chœur qui résonnera jusqu’au Vatican ».

 

Côté femme, c’est Brie Larson qui tire son épingle du jeu avec l’Oscar de la meilleure actrice pour Room. Un rôle qui lui avait déjà valu un Golden Globe en janvier dernier. Une œuvre coup de poing qui parle d’une mère et de son enfant séquestrés pendant sept ans dans une pièce. Le récit est inspiré d’une histoire vraie, celle d’Elisabeth Fritzl, une Autrichienne emprisonnée et violée par son propre père durant 24 ans.

 

En matière de seconds rôles, c’est Alicia Vikander pour THE DANISH GIRL (notre critique), qui incarne l’épouse d’un transsexuel, et Mark Rylance (LE PONT DES ESPIONS – notre critique), dans la peau d’un Soviétique, qui récoltent les lauriers. On aurait pu penser qu’après sa victoire aux Golden Globes, Sylvester Stallone allait une nouvelle fois s’imposer ; mais c’est finalement un poids plume britannique qui décroche le titre. Dans la catégorie meilleur film étranger, les membres de l’Académie ont décerné l’Oscar au FILS DE SAUL (notre critique) laissant derrière MUSTANG (notre critique), lauréat de quatre César dont meilleur premier film.

 

6 Oscars pour Mad Max Fury Road

6 Oscars pour Mad Max Fury Road

Mais le pus récompensé de la soirée reste MAD MAX FURY ROAD (notre critique) de George Miller, avec pas moins de six statuettes techniques : costumes, maquillages, décors, montage, mixage et montage du son. What a lovely day ! Un excellent palmarès auquel on pourrait presque ajouté celui de vilain petit canard pour Jenny Beavan. Alors que la costumière se dirige vers la scène pour recevoir son prix, certains n’ont pas manqué de capturer l’attitude d’Alejandro Inarritu – comme d’autres d’ailleurs -, visiblement déconcerté par son perfecto et son foulard rayé.

 

Ennio Morricone lauréat pour Les 8 Salopards - Oscars 2016

Ennio Morricone lauréat pour Les 8 Salopards – Oscars 2016

Côté musique, c’est Ennio Morricone qui remporte ENFIN (oui, lui aussi) le premier véritable Oscar de sa carrière. À 87 ans, le compositeur, révélé par Sergio Leone, avait jusqu’ici seulement reçu un prix d’honneur pour l’ensemble de sa carrière en 2007. Grâce à Quentin Tarantino et ses HUIT SALOPARDS (notre critique), l’erreur est réparée. Standing ovation pour le Maestro italien qui a remercié les membres de l’Académie des Oscars dans sa langue natale. Il faisait face au lauréat de 5 Oscars John Williams, pour STAR WARS 7 (notre critique).

 

Enfin, la soirée restera aussi célèbre pour le discours d’ouverture de Chris Rock. L’acteur connu pour son sens de l’humour sans concession n’a pas manqué de rappeler la polémique qui a accompagné cette cérémonie bien avant qu’elle commence. En effet, l’absence d’acteurs noirs parmi les nommés avait déclenché une vague de protestations et amené quelques grands noms d’Hollywood, comme le réalisateur Spike Lee et le couple d’acteurs Will Smith et Jada Pinkett-Smith, a boycotté la soirée. Dès les premiers mots, Chris Rock a donné le ton : « Bienvenue aux white people choice awards ». La foule rit. Il continue, cabotine puis conclut plus sérieusement : « Est-ce qu’Hollywood est raciste ? (…) bien sûr ! Mais ce n’est pas le racisme auquel on est habitué. C’est un racisme de cercle (…) Nous voulons que les acteurs noirs bénéficient des mêmes opportunités. ».

.

 

Une remarque qui fait écho à la récente soirée des César. Si la France a su mettre en valeur la diversité au travers de ses récompenses cinématographiques, les discours de remerciements sont souvent restés mous et plats. Etrange qu’il faille attendre une soirée #OscarsSoWhite pour voir des artistes dénoncer pêle-mêle, la pédophilie, la violence faite aux femmes, le changement climatique et le racisme ordinaire…

 

Découvrez le palmarès de la 88e cérémonie des Oscars en page suivante…

Commentaires

A la Une

Christophe Nolan choisit Universal pour son film sur la bombe atomique

Pour la première fois depuis vingt ans, Warner Bros et Christopher Nolan ne travailleront pas main dans la main sur… Lire la suite >>

Christopher Nolan prépare son prochain film sur la bombe atomique

Le cinéaste a un nouveau scénario centré sur l’histoire d’une des armes les plus destructrices jamais inventées et serait en… Lire la suite >>

Sniff : Morgan Freeman, Helen Mirren, Al Pacino et Danny DeVito bientôt réunis

Casting cinq étoiles pour un film noir en maison de retraite… c’est la promesse de Sniff signé Taylor Hackford.  … Lire la suite >>

Un Neo amnésique pour la première bande-annonce de Matrix 4 Resurrections

18 ans après le troisième épisode, c’est sans sa sœur que Lana Wachowski revient pour un quatrième voyage dans la… Lire la suite >>

Don’t Look Up : une bande-annonce pour le nouveau film d’Adam McKay

Après avoir brillé avec The Big Short et Vice, Adam McKay est de retour. Cette fois destiné à Netflix, son… Lire la suite >>

Nos vidéos

Box OFFICE France

Titre Cette sem. Nbr Sem. Cumul
1 SHANG-CHI ET LA LEGENDE DES DIX ANNEAUX 314 051 2 795 224
2 BOITE NOIRE 292 081 1 292 081
3 BAC NORD 253 581 4 1 458 138
4 DELICIEUX 130 477 1 130 477
5 LES MECHANTS 77 098 1 77 098
6 UN TRIOMPHE 75 286 2 219 254
7 PAW PATROL - LE FILM - LA PAT' PATROUILLE 67 514 5 1 215 197
8 RESPECT 63 758 1 63 758
9 BABY BOSS 2 : UNE AFFAIRE DE FAMILLE 58 730 4 779 125
10 OSS 117 : ALERTE ROUGE EN AFRIQUE NOIRE 57 709 6 1 553 066

Source: CBO Box office

Nos Podcasts